Facebook
Twitter









RETOUR - Les basketteurs sénégalais sont rentrés d’Angola, hier soir : Les Lions rasent les murs, leur président s’éclipse

C’est au milieu de la nuit du lundi au mardi, aux environs de 02 heures du matin, que les Lions du basket sont rentrés, sur la pointe des pieds, de la Can d’Angola. Une prestation sanctionnée par une décevante neuvième place pour les coéquipiers de Malèye Ndoye, accompagnés de leur président Alioune Badara Diagne, qui ont rasé les murs de l’Aéroport avant de s éclipser, sans piper mot des conditions de leur échec.


LE QUOTIDIEN



RETOUR - Les basketteurs sénégalais sont rentrés d’Angola, hier soir : Les Lions rasent les murs, leur président s’éclipse
Des conditions d’accueil qui diffèrent très largement de celles d’il y a deux ans, lorsque les Lions avaient raté de peu la médaille d’Or devant l’Angola à Alger. Tapis rouge et un passage suivi d’un cocktail grandiose au salon d’honneur, les coéquipiers de Babou Cissé avaient droit à toutes les considérations et tous les honneurs. Cerise sur le gâteau, une forte mobilisation à l’aéroport et une arrivée programmée en fin d’après-midi pour s’assurer une fête grandiose.

Deux ans plus tard, «Senghor» ne veut plus d’eux. Il a croisé ses bras aux Lions de la cuvée 2007. A cause d’un échec historique et retentissant, les coéquipiers de Malèye Ndoye, qui ont foulé le tarmac dans la nuit du lundi au mardi aux environs de 02 heures, auront droit au salon du «déshonneur».

Le décor était planté à l’arrivée de la délégation sénégalaise à l’aéroport Léopold Sédar Senghor. Un président de Fédération avec la mine des mauvais jours. Une bande de copains dispersés. Un accueil très sobre avec seulement quelques proches. Même si l’aéroport «Senghor», contexte de vacances oblige, était très animé hier soir. Mais on notait l’absence de supporters et autres membres de la famille de la balle orange, et des autorités sénégalaises qui n’ont, également, pas jugé nécessaire de faire le déplacement. Seule la Directrice de la haute compétition (Dhc), Mme Yamina Thiam, était présente. Arrivée sous les coups de minuit, la proche collaboratrice du ministre des Sports, Daouda Faye, a attendu presque deux tours d’horloge avant de voir débarquer les Lions.

C’est donc après une attente interminable que la sélection nationale du basket sénégalais a débarqué à l’aéroport «Senghor». A sa tête, le patron de la balle orange, Alioune Badara Diagne. Responsable, avec le ministre des Sports, d’un échec historique des Lions du basket avec une élimination au premier tour et une 9e place à cette 24e Can que le pays organisateur, l’Angola, a remporté avec aisance devant le Cameroun.


SILENCE RADIO

Une contre-performance décevante, voire scandaleuse pour les vice-champions d’Afrique 2005. De quoi installer un certain mutisme au sein de la délégation sénégalaise. Comme si la consigne a été donnée de ne piper mot à la presse à la descente de l’avion. Même le président Alioune Badara Diagne, dans un costume jaune moutarde, a été aphone. Le patron de la balle orange ayant été le premier à vider les lieux sur la pointe des pieds. Après avoir réglé les dernières formalités avec Coleman Crawford et les deux autres américains de l’encadrement technique national, le président Diagne s’engouffre dans une 4x4 de couleur grise, laissant sur place le reste de la délégation.

Sans aucun bus à leur disposition, les joueurs et le reste de la délégation se livrent à la recherche d’un taxi pour ceux qui n’ont pas de véhicule à leur disposition. C’est le cas du jeune Mohamed Faye. «Je crois qu’on va rentrer avec nos propres moyens», se désole-t-il, tout en refusant à son tour de revenir sur sa première Can. «Je ne peux rien dire pour le moment», enchaîne l’ancien sociétaire du Rail, aujourd’hui dans une Université aux Etats-Unis. Premier à sortir, le jeunot attendra longuement avant d’être accueilli par certains membres de sa famille. Pendant ce temps, Malèye Ndoye, le capitaine de l’Equipe, et Issa Konaré semblaient un peu perdus. Têtes basses, de gros sacs entre les mains, les deux hommes se démènent tant bien que mal pour trouver un véhicule. Juste dernière eux, l’un des entraîneurs adjoints de Sam Vincent, Moustapha Gaye, casquette vissée, habillé d’un tee shirt et short avec des baskets, visiblement très fatigué, ne veut pas aussi se livrer à nos questions. «Je suis désolé. Il a été décidé que seul Coleman devait parler. Ce que je vais continuer à respecter. Je ne peux rien dire», précise-t-il. Seul l’ancien capitaine des Lions, Matar Ndiaye acceptera de briser la glace (voir ci-dessous) avant de s’engouffrer dans un taxi en compagnie de quelques proches. Au bout d’une demi-heure, ils avaient pratiquement tous réussi à trouver une bagnole pour rejoindre leur domicile. L’Angola est derrière eux, place aux enseignements et aux leçons à tirer de la gifle d’Angola.


Article rédigé par le Mercredi 29 Août 2007
Lu 1535 fois




1.Posté par sensatcom le 29/08/2007 15:54
je suis vraiment desole pour le senegal

2.Posté par bass le 29/08/2007 17:43
malakha ils convoquent des vieux pivots qui jouent jamais dans leurs équipes

3.Posté par matar le 29/08/2007 20:25
normal cest la honte du siécle ce n'est qu'un debut tant qu'il yauras des faux types a la federation de basket ca seras toujours comme ca la honteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

4.Posté par max le 29/08/2007 21:08
c qui c vieux pivots dont tu parles. les bigs n etaient pas le problem en angola .obviously you dont know anything about basket ball bass

5.Posté par melo le 29/08/2007 23:21
il n'ya pas dexuse ni honte ni vieux pivots .c triste .mais c

mieux pour nous

6.Posté par melo le 29/08/2007 23:34
sa montre que basket senegal va mal ceux qui suivent le championnat le savent la verité n se caches pas il faut kil donnent des explications au peuple .et aussi un peuple ne peut etre defendu k par des expatriés c vraix k ils ont lexperience mais il faut donner une chance o locaux

7.Posté par dre le 29/08/2007 23:38
bravo moukha

8.Posté par diop le 30/08/2007 04:14
le probleme est que le senegal navit pas une equipe prete prions pour que la prochaine sera la bonne

9.Posté par senegalais de langola le 30/08/2007 10:13
gni gno mouna tass yakar g honte regarder moi sa une equipe du senegal ki se fait batre par des ivoiriens et des egyptiens on di les expatriees oublier sa way dan lefectif de langola il ne figure pa des expatrie mais des locaux patrier on a u la chance on se pa croiser avec langola sinon sa allai etre un scenario catastrophik wa salam.

10.Posté par tasmir le 30/08/2007 14:54
Le problème au Sénégal c'est qu'on ne tire jamais les enseignements des défaites en vue de se projeter sur un avenir meilleur, notamment la prochaine CAN de basket. Actuellement,je suis sûr et certain que pour l'Angola, la prochaine CAN a déjà commencé. Pendant ce temps, au Sénégal, on fait une pose qui risque de durer jusqu'à 45 jours encore des prochaines échéances. Comme dans la fable de Lafontaine, encore que l'Angola n'est pas une tortue, mais un lièvre qui coure très vite et bien!

11.Posté par doudou le 03/09/2007 13:54
vraiment c etait decevant mais pas de bléme le basket est mort au senegal a cause d un malfaiteur comme daouda faye.