Facebook
Twitter









Par match, les Lions ont marqué en moyenne 80 points, pris 37 rebonds et perdu 20 balles

Luanda, 26 août (APS) - L'équipe du Sénégal de basket qui a terminé 9-ème du 24-ème championnat d'Afrique de basket-ball masculin remporté samedi par l'Angola, a produit l'un des jeux les plus offensifs du tournoi dans la mesure où elle a inscrit, par match, une moyenne de plus de 80 points contre 67 points encaissés.




En six rencontres disputées dont trois en phase de poule pour les préliminaires du groupe B, les Lions ont marqué un total de 482 points et en ont encaissé 403 dont 76 contre l'équipe d'Afrique du Sud qui mis le plus de points à l'équipe des Lions.

Au premier tour, le Sénégal qui était dans la poule B basée à Lubango a inscrit lors de ses trois rencontres préliminaires 211 points détaillés ainsi : 85 marqués contre le Mali, en ouverture, et 63 marqués aussi bien contre la Côte d'Ivoire que contre l'Egypte.

Pour les trois matchs de classement qu'il a disputés contre l'Afrique du Sud, le Rwanda et le Maroc, le Sénégal a marqué 271 points, soit une moyenne de 90 points inscrits dans ce mini tournoi qui regroupait les équipes éliminées du premier tour.

A l'origine de ce feu d'artifice, un quintet de joueur se dégage. Il est composé de Malèye Ndoye meilleur marqueur du Sénégal avec 91 points, de Mohamed Faye auteur de 72 points (soit 12 points par match pour une première sélection), de Pape Sow qui en a mis 57, de Malick Badiane qui a réussi 55 points et de Issa Konaré, auteur de 42 points.

Au plan des rebonds, le Sénégal en a totalisé 225, soit une moyenne de 37 rebonds par match pris essentiellement par Malick Badiane (47 au total), Pape Sow (31), Issa Konaré (29), Mohamed Faye (26) et Malèye Ndoye (24).

Si on prend les pertes de balles comme ''un indice de perfectionnement de l'équipe'' selon l'entraîneur du Sénégal Crawford Colleman, les Lions ont mieux joué lors des matchs de classement qu'à l'occasion premier tour. En effet, le Sénégal qui a perdu 70 ballons en match de groupe (dont 31 contre l'Egypte), soit une moyenne de 23, n'en a perdu au total que 55, soit une moyenne de 18, lors des matchs de classement.

Article rédigé par le Lundi 27 Août 2007
Lu 705 fois




1.Posté par the dream le 27/08/2007 13:51
ces statistiques là c'est du n'importe quoi, il ets dommage que dans notre pays il y en a qui aiment encore la médiocrité. Parlons plutôt des matchs de poule plus importants 3matchs, 85pts, 62pts et 63pts; véritable chute libre avec présenc-zero côté meuneurs. VOUS VOUS foutez des sénégalais en parlant de feu d'artice, que doivent dirent les angolais, camerounais et même cap verdiens en tout cas félicitation à ces trois nations, mais quand on a pas d'ambition on ne peut raisonner, que de la sorte, il faut savoir que le basket moderne exige une certaine progression. Voyez ce qui se fait actuellement au usa, ils sont actuellement entrain d'écraser les autres équipes américaines lors du tournoi fiba américas, même l'argentine a pris 50pts d'écart et le brazil 37pts, c'est cela une équipe qui a tiré leçons sur ses derniers résultats. Ils avaient tous les motifs pour virer leur coatch, qu'ils ont reconduit car conscients que seule la continuité paie, et tu regarde les kobe jouer tu sens qu'ils ont laissé de côté leurs étiquette de stars, avec des écrts de 50pts en moyenne là on peut parler de feu d'artifice !!!!!

2.Posté par mouhamad dane k le 27/08/2007 20:18
BIEN DIT THE DREAM MES FéLICITATIONS.LE SENEGAL AIME LA MéDIOCRITé.T AS RAISON MILLE FOIS SINON COMMENT COMPRENDRE QUE POUR UN TOUT PETIT RéSULTAT MéME AU FOOT COMME LE NUL CONTRE LE GHANA QU 'ON S 'EXCLAME AUTANT.IL FAUT DEVELLOPER AU SENEGAL LA CULTURE DE L'EXCELLENCE DANS TOUT.CELA COMMENCE PAR RECONNAITRE OBJECTIVEMENT NOS ERREURS ET ERRANCES ET TRAVAILLER A ETRE LES MEILLEURS PARTOUT AU LIEU DE NOUS LEURRER AVEC DES STATS DE CE GENRE.C ' EST COMME QUAND NOS DIRIGEANTS POLITIQUES CHERCHENT A NOUS CONVAINCRE QUE LE SENEGAL EST UN PAYS EMERGEANTA L 'AIDE DE FAUSSES STATISTIQUES.NOUS NE TROMPONS PERSONNE D 'AUTRE QUE NOUS MEMES.