Facebook
Twitter









Bye bye Team USA

La Grèce a vaincu les Etats-Unis en demi-finales des Mondiaux (101-95). Globalement dominés au rebond, les champions d’Europe ont littéralement écœurés les joueurs NBA à longue distance.

Par Bastien Aubert



Ca rigole pour Babby Shaq et les Grecs, tombeurs de Team USA  (Panoramic)
Ca rigole pour Babby Shaq et les Grecs, tombeurs de Team USA (Panoramic)
On pourra toujours déplorer l’absence de l’équipe de France dans le dernier carré mais objectivement, on ne voit pas comment les Mondiaux 2006 auraient pu offrir de plus belles affiches en demi-finales. Ainsi, avant que l’Argentine ne se frotte à l’Espagne, la Grèce s’attaquait à la montagne américaine devant plus de 23 000 spectateurs tassés dans les gradins de la salle de Saitama. Le premier véritable test pour la bande à Coach K, qui affrontait les champions d’Europe en titre.


Dwyane Wade à côté
Et ces derniers montraient clairement qu’ils n’avaient pas usurpé leur statut de meilleure équipe continentale. Après avoir clamé ici et là qu’ils ne craignaient pas leurs adversaires du jour, ils en apportaient des preuves concrètes en les rendant fous balle en mains. Papadopolous déflorait le tableau d’affichage sur une petite claquette avant que Carmelo Anthony ne commence à faire des siennes. Déjà impeccable contre l’Allemagne, celui-ci enquillait ses deux premiers lancers francs avant de voir Sofoklis Schortsianitis remplacer Papadopoulos, auteur de deux fautes (11-7). La présence de «Baby Shaq» dans la raquette n’apportant pas plus que cela, les Américains se régalaient aux rebonds (13 contre 6 dans le premier quart temps) et creusaient un mini-trou à 2’’ de la fin du premier quart (18-12). Egalement très présent en défense, mis à part un Dwyane Wade bien discret, les coéquipiers de Dwight Howard avaient clairement la mainmise sur le jeu mais manquaient d’adresse à longue distance.


«Baby Shaq» deviendra grand
Dans ce secteur, les Hellènes, qui n’ont pas d’égaux d’habitude, étaient étrangement déficients, Vasileios Spanoulis étant le seul à se signaler (1 shoot sur 7 réussi dans le premier quart temps). Après que Mike Krzyzewski eut logiquement sorti le meilleur joueur des finales NBA, les Grecs disposaient de la dernière possession du quart inaugural mais Theodoros Papakoulas ratait le coche derrière la ligne (20-14). «Flash» à coté de son match, on attendait que LeBron James prenne la relève. Mais le MVP du dernier All Star Game était poussé à la faute deux fois en vingt petites secondes et claquait néanmoins un dunk venu d’ailleurs (26-19). A partir de là, les champions d’Europe voyaient leur horizon s’assombrir, Papadopolous sortait sur sa 3e faute et le plus gros écart de la rencontre se dessinait (30-21). Beaucoup plus précis à cet instant du match à mi-distance (10/13 contre 4/6 à deux points), Chris Bosh et Cie enfilaient les shoots sans opposition. Mais contre toute attente, un contre de Dimitrios Diamantidis sur Bosh sonnait la révolte grecque, qui infligeait un 9-0 pour revenir à trois longueurs (33-30) ! Toujours sur le parquet, «Baby Shaq» réceptionnait une superbe offrande de Papakoulas et était à deux doigts de décrocher le panier sur un dunk ravageur avant que les siens n’enchaînent un 22-5 salvateur ! A une minute de la sirène, les Grecs prenaient logiquement l’avantage et renvoyaient même les Américains réviser leurs plans aux vestiaires (45-41).


Team USA impuissant
Après cet intermède, Team USA revenait forcément le couteau entre les dents mais ses membres restaient spectateur sur un tir en suspension de Diamantidis. Meilleur marqueur de la première période avec treize unités au compteur, Anthony se voyait bien mener les siens devant la faillite de Wade (2) et de James (6). Mais il ratait ses deux premiers lancers francs de la période juste avant que Schortsianitis ne nettoie encore la raquette coup sur coup (59-50). Complètement libres, les Grecs scoraient 22 points dans les cinq premières minutes du 3e quart, Diamantidis et Dikoudis enchaînant les perles à 3 points (67-53). «Melo» tenait à lui tout seul le cinq américain, qui n’en finissait pas de se faire voler les ballons sous son propre panier. Le temps était venu pour Coach K de réclamer un temps mort (67-53) et il décidait de faire entrer en jeu Shane Battier, pour apporter son poids dans la raquette. Après le dernier panier sur le fil de Spanoulis, les Hellènes gardaient un différentiel important à l’entame de la dernière ligne droite (77-65). Comme bien souvent lors de la saison NBA, c’est lors du « money time» que Dwyane Wade faisait son show.


La Grèce gère
Plus régulier aux shoots, il retrouvait confiance avec un dunk et un tir longue distance (85-77). Imperturbable, la bande à Fotsis récitait son basket léché et profitait des mauvais choix de Lebron James. Heureusement, les seconds couteaux sortaient enfin de leur boîte, Kirk Hinrich tirant une flèche primée bienvenue avant de faire une faute stupide sur «Baby Shaq» (91-86) ! Ce dernier, impeccable jusqu’alors, manquait alors ses deux lancers francs mais Spanoulis rattrapait le coup dans la foulée (94-86). Excédé par son impuissance à altérer la physionomie du match, James sortait un énorme dunk mais ne pouvait rien devant la faillite des siens. Comme à Indianapolis il y a quatre ans, Team USA sort donc prématurément des Mondiaux et laisse à la Grèce l’opportunité de viser la couronne mondiale, qu’elle devra aller chercher contre l’Espagne ou l’Argentine.


Résultat des demi-finales :
Grèce - Etats-Unis 101-95

Article rédigé par Sport24 le Vendredi 1 Septembre 2006
Lu 924 fois


Sport24

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Septembre 2006 - 12:39 Campeones ! L'ESPAGNE CHAMPIONNE DU MONDE

Samedi 2 Septembre 2006 - 16:30 La consolante pour Team USA