Facebook
Twitter









Interview Gorgui Dieng : « Rick Pitino m’appelle souvent pour me conseiller »

Révélation de la fin de saison l’an passé avec les Minnesota Timberwolves, Gorgui Dieng continue sur sa lancée cette saison avec 8,6 points et 8,0 rebonds de moyenne cette saison en l’absence de Nikola Pekovic. Auteur d’une fabuleuse Coupe du monde avec l’équipe du Sénégal, Dieng revient sur son expérience avec les Lions de la Téranga et nous parle de ses ambitions pour la NBA et les Jeux Olympiques. Nous l’avons rencontré lors de son passage à Washington.

Source: Basket Usa



Gorgui, les Minnesota Timberwolves ont à nouveau décidé de reconstruire leur équipe cet été avec le départ de Kevin Love et l’arrivée de jeunes espoirs comme Andrew Wiggins. Comment voyez-vous cette équipe évoluer dans les mois et les années à venir ?
Je pense que nous avons un bel avenir devant nous. Nous avons certes perdu Love mais nous avons récupéré en échange de nombreux jeunes joueurs très talentueux, et un joueur confirmé avec Thaddeus Young. Nous savons que cette année sera difficile mais avec un peu de temps, nous avons les moyens de monter dans la hiérarchie de la ligue. Notre objectif est de préparer au mieux le futur même si cela passe par une saison en bas de classement. Je suis sûr que nous parviendrons assez rapidement à grimper les échelons mais pour cela il nous faudra travailler dur et progresser sur le plan individuel mais aussi en terme de collectif. Les automatismes viendront avec le temps, mais si vous nous regardez, vous pouvez voir que nous avons le talent pour avoir de l’ambition. Restons patients et prenons les choses étape par étape.

Sur le plan personnel, vous profitez de la blessure de Nikola Pekovic pour commencer les matchs dans le cinq de départ. 
Je me sens bien au sein du groupe. J’ai la chance de jouer beaucoup cette saison mais tout le monde voit bien que nous avons besoin du retour de Pekovic pour progresser. J’essaye d’apporter ce que je sais faire le mieux dans la raquette, me battre, prendre des rebonds et apporter mon écot en attaque si j’en ai l’occasion.

Quelles sont impressions sur vos deux rookies, Andrew Wiggins et Zach LaVine, tous deux dans le Top 5 des meilleurs marqueurs chez les rookies sur la saison ?
Beaucoup de talent de de gros potentiels. Andrew est vraiment très bon et il a les moyens de devenir une star dans cette ligue. Il s’améliore match après match et c’est le plus important. Le jeu est très différent entre la NCAA et la NBA et il n’est jamais facile d’assurer une transition facile entre les deux ligues. On en attend peut-être un peu trop de lui cette année, surtout après l’été qu’il a vécu. Zach LaVine est lui aussi un super joueur. Son potentiel est vraiment intéressant et il montre de très bonnes choses depuis la blessure de Ricky Rubio. Il n’a pas vraiment le choix de toute façon, lancé comme ça dans le cinq de départ. Son physique et ses qualités athlétiques sont incroyables. Il faut garder la tête sur les épaules et travailler sans relâche pour continuer de progresser.

Vous avez mené l’équipe du Sénégal à une surprenante qualification pour les huitièmes de finale lors de la Coupe du monde. Racontez-nous votre expérience en équipe nationale ?
C’était vraiment très plaisant de jouer pour mon pays et je me suis beaucoup amusé avec mes coéquipiers. La Coupe du monde a vraiment été une belle aventure et nous avons atteint l’objectif que nous nous étions fixé, à savoir passer la phase de poule. Nous avons plusieurs jeunes joueurs qui arrivent et qu’il faudra suivre de près dans les années à venir.

Quels sont vos prochains objectifs avec le Sénégal ?
Notre mission est de nous qualifier pour les Jeux Olympiques de Rio. Ce ne sera pas facile et il faudra pour commencer remporter le titre de champion d’Afrique l’été prochain. Je pense que nous avons construit une base intéressante cet été et il faudra s’appuyer la-dessus à l’avenir. Nous allons tout faire pour atteindre cet objectif et représenter notre pays et notre continent au Brésil.

Cela fait maintenant sept ans que vous avez rejoint les Etats-Unis, dont trois passées sur le campus de l’Université de Louisville. Avez-vous gardé contact avec Rick Pitino ?
Tout à fait. On ne se voit pas forcément très souvent mais on s’appelle souvent au téléphone. Il me regarde jouer avec les Timberwolves et me donne des conseils sur mon jeu et ce que je dois améliorer. Il continue de m’aider même si j’ai quitté Louisville depuis deux ans. Quant à l’équipe, je la suis dès que j’en ai l’occasion. Cette année encore, le groupe a le potentiel pour atteindre le Final Four.

Article rédigé par le Mercredi 17 Décembre 2014
Lu 635 fois



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les articles sont maintenant "commentables" pour favoriser les discussions rapides autour d'un article. Les commentaires saisis sont mis en ligne immédiatement mais pour éviter les propos contraires à la loi dont nous pourrions être tenus responsables, on se réserve le droit de les enlever. Si vous le souhaitez et si le sujet devient important une chambre peut être créer dans le forum. Bonnes discussions !

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 28 Mars 2014 - 09:45 Fatoumata Diango, une étoile des parquets !