Facebook
Twitter









DERNIER AFROBASKET FÉMININ AVEC LE NIGÉRIA pour AISHA MOHAMMED BALARABE

L'ancienne capitaine des D’Tigress du Nigéria Aisha Mohammed Balarabe a révélé que sa carrière avec les Championnes d’Afrique est presque terminée, affirmant que l’Afrobasket féminin 2019 serait son dernier championnat continental. La compétition se déroulera à la Dakar Arena du 10 au 18 août prochain. Le Nigéria, tenant du titre partage le groupe B avec la Tunisie et le Cameroun.



 L’ancienne capitaine des D’Tigress fait partie de l’équipe nationale depuis 2002 et a remporté les trois titres de l'AfroBasket féminin avec les championnes d’Afrique en 2003, 2005 et 2017.

Aisha Mohammed Balarabe a déclaré qu'elle souhaitait se consacrer à sa vie familiale après avoir joué pendant deux ans.

“Deux ans de plus et j'ai fini, je joue depuis 2002. Je l'appellerai un jour après les Jeux olympiques de Tokyo 2020. J'ai besoin d'une famille pour que mes enfants continuent à jouer au basketball. »

Aisha Mohammed Balarabe, qui s’est mariée tôt cette année, pense avoir réussi à combiner le mariage et le basketball grâce au soutien de son mari.

«C’est vraiment fantastique parfois de vivre des hauts et des bas. C’est bon alors que d’autres fois, c’est mauvais, ce qui n’est pas facile, mais comme mon mari est un sportif comme moi, je suis aussi un joueur de basket-ball et nous y arrivons, alors c’est facile pour moi."

Née d'un père originaire du nord du Nigéria, le fait d'avoir grandi dans une caserne militaire a joué un rôle déterminant dans la suppression des barrières qui auraient pu empêcher Aisha Mohammed de jouer au basketball.

«J'ai grandi dans la caserne. Je suis plus une dame de caserne que d'habitants du Nord. Je suis née à Ikeja, Lagos Cantonment et j’y suis allée quand j’avais 8 ans lorsque mon père a été transféré à Keffi et de là à Birnin Kebbi puis à Port Harcourt. Donc, je ne suis pas vraiment un habitant du Nord et ma mère vient de l'État d'Edo, alors cela m'a aussi aidé. Il est rare de voir une fille haoussa jouer au basket-ball car, à un certain âge, elles doivent se marier, alors le mien est différent.

«J'ai grandi dans la caserne et mon entêtement m'a permis de mener à bien ma carrière de basketteuse, car mon père est un imam et ma mère était là pour moi et aujourd'hui, je suis là».

La triple championne de l’Afrobasket veut prendre sa retraite en conservant le titre de l’Afrobasket comme elle l’a fait en 2003 et 2005, mais le plus grand défi contre le Sénégal, le pays hôte, attend la D’Tigress.

«Nous allons y aller et essayer de défendre notre titre, mais ce ne sera pas facile car elles sont prêtes à nous affronter. Le Sénégal sait que nous sommes actuellement le plus dangereux de tous les pays.

«Nous connaissons la plupart des joueuses sénégalaises et nous nous jouons en Europe. Si nous pouvons jouer ensemble et réunir la chimie, nous gagnerons par la grâce de Dieu. "

Elle a salué l’inclusion de joueuses ayant un meilleur avantage en taille dans l’équipe, ce qui a été un revers pour la Coupe du Monde FIBA ​​féminine l’année dernière en Espagne.

«C’est un avantage pour nous et pour moi j’étais la seule à faire le sale boulot, alors je peux maintenant me reposer, obtenir de l’aide et retourner sur le parquet. Mais je pense toujours que nous avons besoin de plus de grandes joueuses lorsque nous examinons les autres équipes. Elles ont des joueuses de 2.03 m. Nous devons donc en chercher deux de plus et tout ira bien », a conclu Aisha Mohammed Balarabe.
NBB


Article rédigé par le Jeudi 8 Août 2019
Lu 97 fois



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les articles sont maintenant "commentables" pour favoriser les discussions rapides autour d'un article. Les commentaires saisis sont mis en ligne immédiatement mais pour éviter les propos contraires à la loi dont nous pourrions être tenus responsables, on se réserve le droit de les enlever. Si vous le souhaitez et si le sujet devient important une chambre peut être créer dans le forum. Bonnes discussions !