Facebook
Twitter









NBA:« La réalité » rattrape les Golden State Warriors selon Steve Kerr

Présent en conférence de presse dans la nuit de vendredi à samedi, Steve Kerr, l’entraîneur de Golden State, est revenu sur la défaite subie par les Warriors en ouverture de la saison NBA face aux Los Angeles Clippers (141-122).

AFP



« Ce n’est pas un jour sans, c’est la réalité. Il y en aura d’autres », a déclaré vendredi l’entraîneur de Golden State, Steve Kerr, au lendemain de la lourde défaite (141-122) à domicile des Warriors face aux ambitieux Los Angeles Clippers de Kawhi Leonard.
Ces cinq dernières saisons furent celle de l’hégémonie des Dubs, avec autant de finales jouées et trois de gagnées (2015, 2017, 2018). Mais la perte du titre en juin face à Toronto a été d’autant plus brutale qu’elle s’est doublée de celle de Kevin Durant (rupture d’un tendon d’Achille), parti depuis à Brooklyn, et de Klay Thompson, qui ne sera pas rétabli de sa rupture des ligaments croisés du genou gauche avant au mieux avril. Tant et si bien que ce début de saison déjà difficile pourrait marquer la fin de cette ère glorieuse.
« Il n’y a pas de quoi se sentir bien. Tout cela n’est pas vraiment amusant. On est rattrapé par la réalité de la NBA. Ces cinq dernières années, nous avons vécu dans un monde qui n’est pas censé exister. Cinq années durant lesquelles, si je me souviens bien, personne n’a réussi à avoir un bilan comme le nôtre »
 

« Faire mieux »

« Donc, la réalité pour nous maintenant, c’est de jouer avec neuf gars de 23 ans ou moins et de recommencer à zéro sur bien des aspects », a-t-il ajouté, appelant ses joueurs à « continuer à se battre et à s’améliorer ».
Les Warriors ont toutefois encore Stephen Curry pour les porter, mais le double MVP 2015 et 2016 a été trop esseulé en attaque face aux Clippers, tandis que l’autre leader de l’équipe Draymond Green, diminué par une légère contusion au coude droit, sans gravité cependant, a peu pesé en défense.
Lui aussi a réagi à l’entame très difficile des siens, mais de façon beaucoup plus directe : « On a été totalement nuls. On doit faire mieux sur tous les plans. C’est tout. »

Article rédigé par le Samedi 26 Octobre 2019
Lu 85 fois